Programmes et services

Corde de sécurité

Corde de sécurité

Réseau de soutien national 24h/7 et XNUMXj/XNUMX pour les jeunes victimes d'intimidation.
Voix des jeunes

Voix des jeunes

Les ateliers communautaires créent des esprits ouverts et protègent les enfants.
Programme de bourses d'études

Programme de bourses d'études

Les bourses permettent aux jeunes de devenir des leaders communautaires.
Voix des victimes

Voix des victimes

Plaidoyer sans relâche pour les victimes d'intimidation chez les jeunes.

Bouée de sauvetage : Réseau de soutien national

BullyingCanada a créé un réseau de soutien 365 jours par an, 24 heures sur 7 et XNUMX jours sur XNUMX, qui offre aux jeunes une assistance qui change la vie par téléphone, chat en ligne, e-mail et SMS.

Ce service de soutien est sans précédent au Canada – allant bien au-delà du counseling anonyme typique offert par d'autres organismes de bienfaisance.

Avec une équipe composée de centaines de bénévoles de partout au Canada travaillant sans relâche depuis leur domicile, BullyingCanada fournit un soutien et une intervention pour prévenir et arrêter l'intimidation. Nos bénévoles sont formés au counseling, à la prévention du suicide, à la médiation et à la résolution de problèmes. Ces héros identifier les problèmes ET les résoudre–arrêter l'intimidation et prévenir sa réapparition.

Pour ce faire, ils ont des conversations individuelles approfondies avec les jeunes victimes d'intimidation et leurs familles; les intimidateurs et leurs parents; les enseignants, les conseillers d'orientation, les directeurs d'école et le personnel des conseils scolaires; services sociaux locaux; et, si nécessaire, la police locale. Notre objectif final est de mettre fin aux traumatismes subis par les enfants victimes d'intimidation et d'obtenir les soins de suivi souvent nécessaires pour guérir.

Typiquement, BullyingCanada reste impliqué de manière proactive pendant deux à trois semaines, mais les situations plus complexes ont nécessité un soutien pendant des mois ou un an ou plus pour être résolues. Nous n'abandonnons pas jusqu'à ce que les enfants victimes d'intimidation soient en sécurité et puissent avancer vers un avenir meilleur. 

Voix des jeunes

Créer un esprit ouvert et protéger les enfants

En plus de fournir aux écoles et aux organismes communautaires des affiches, des brochures et d'autres documents éducatifs contre l'intimidation, BullyingCanada, sous la direction de Rob Benn-Frenette, ONB, offre également des ateliers pour des groupes de toutes tailles.

Ces ateliers permettent aux jeunes et aux dirigeants communautaires de lutter efficacement contre l'intimidation et leur offrent des moyens innovants de résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés tout au long de leur vie.

Programme national de bourses

Autonomiser les jeunes leaders

Le programme national de bourses d'études a été lancé en 2013 pour redonner aux jeunes, avec des récipiendaires potentiels nommés par le personnel de l'école. BullyingCanada reconnaît la nécessité de former des leaders communautaires passionnés et a développé un programme national de bourses pour accorder des bourses d'études postsecondaires.

Ces bourses autonomisent les jeunes qui deviennent des leaders communautaires pour lutter contre l'intimidation dans les écoles.

Voix des victimes

Aucun enfant n'est laissé derrière

Depuis 2006, BullyingCanada a été la nation aller à organisation en matière de lutte contre l'intimidation. En effet, nous demeurons le seul organisme caritatif national qui travaille avec les jeunes Canadiens, leurs familles et leurs communautés, en leur fournissant un soutien individuel à long terme, les ressources et les informations nécessaires pour prévenir la violence liée à l'intimidation et assurer la sécurité de nos enfants.

Nous sommes fiers de fournir aux enfants fragiles victimes d'intimidation le soutien dont ils ont besoin, en élargissant nos programmes pour prévenir la violence et assurer la sécurité de nos enfants.

BullyingCanada travaille sans relâche pour défendre les droits des jeunes victimes d'intimidation à travers le pays, en construisant un avenir meilleur et plus juste pour les jeunes victimes d'intimidation et leurs communautés.

Qu'est-ce que l'intimidation?

Qu'est-ce que l'intimidation?

Ce qui peut être fait?

Beaucoup d'enfants ont une bonne idée de ce qu'est le harcèlement parce qu'ils le voient tous les jours ! L'intimidation se produit lorsque quelqu'un blesse ou effraie une autre personne volontairement et que la personne victime d'intimidation a du mal à se défendre. Donc, tout le monde doit s'impliquer pour aider à l'arrêter.
L'intimidation, c'est mal ! C'est un comportement qui rend la personne victime d'intimidation effrayée ou mal à l'aise. Il existe de nombreuses façons dont les jeunes s'intimident les uns les autres, même s'ils ne s'en rendent pas compte sur le moment.


Certains d'entre eux comprennent:

  • Coups de poing, bousculades et autres actes qui blessent physiquement les gens
  • Répandre de mauvaises rumeurs sur les gens
  • Éloigner certaines personnes d'un groupe
  • Taquiner les gens de manière méchante
  • Amener certaines personnes à « se liguer » contre d'autres
  1. Intimidation verbale – injures, sarcasmes, taquineries, propagation de rumeurs, menaces, références négatives à sa culture, son origine ethnique, sa race, sa religion, son sexe ou son orientation sexuelle, commentaires sexuels non désirés.
  2. Intimidation sociale - mobbing, bouc émissaire, exclusion d'autres personnes d'un groupe, humiliation d'autrui avec des gestes publics ou des graffitis destinés à rabaisser les autres.
  3. Intimidation physique – frapper, piquer, pincer, poursuivre, bousculer, contraindre, détruire ou voler des biens, attouchements sexuels non désirés.
  4. Cyberintimidation – utiliser Internet ou la messagerie texte pour intimider, réprimer, répandre des rumeurs ou se moquer de quelqu'un.

L'intimidation énerve les gens. Les enfants peuvent se sentir seuls, malheureux et effrayés. Cela peut les faire se sentir en danger et penser qu'il doit y avoir quelque chose qui ne va pas chez eux. Les enfants peuvent perdre confiance en eux et ne plus vouloir aller à l'école. Cela peut même les rendre malades.


Certaines personnes pensent que l'intimidation n'est qu'une partie de la croissance et un moyen pour les jeunes d'apprendre à se défendre. Mais le harcèlement peut avoir des conséquences physiques et psychologiques à long terme. Certains d'entre eux incluent :

  • Retrait des activités familiales et scolaires, désir de rester seul.
  • La timidité
  • Maux d'estomac
  • Maux de tête
  • Crises de panique
  • Ne pas pouvoir dormir
  • Dormir trop
  • Être épuisé
  • Cauchemars

Si l'intimidation n'est pas arrêtée, elle blesse également les spectateurs, ainsi que la personne qui intimide les autres. Les passants craignent d'être la prochaine victime. Même s'ils se sentent mal pour la personne harcelée, ils évitent de s'impliquer pour se protéger ou parce qu'ils ne savent pas quoi faire.


Les enfants qui apprennent qu'ils peuvent s'en tirer avec violence et agression continuent de le faire à l'âge adulte. Ils ont plus de chances d'être impliqués dans l'agression dans les fréquentations, le harcèlement sexuel et le comportement criminel plus tard dans la vie.


L'intimidation peut avoir un effet sur l'apprentissage


Le stress et l'anxiété causés par l'intimidation et le harcèlement peuvent rendre l'apprentissage plus difficile pour les enfants. Cela peut entraîner des difficultés de concentration et diminuer leur capacité à se concentrer, ce qui affecte leur capacité à se souvenir des choses qu'ils ont apprises.


L'intimidation peut entraîner des préoccupations plus graves


L'intimidation est douloureuse et humiliante, et les enfants victimes d'intimidation se sentent embarrassés, battus et honteux. Si la douleur n'est pas soulagée, le harcèlement peut même amener à envisager le suicide ou un comportement violent.

Au Canada, au moins 1 élève adolescent sur 3 a déclaré avoir été victime d'intimidation. Près de la moitié des parents canadiens ont déclaré avoir un enfant victime d'intimidation. Des études ont montré que l'intimidation se produit une fois toutes les sept minutes dans la cour de récréation et une fois toutes les 25 minutes en classe.


Dans la majorité des cas, l'intimidation s'arrête dans les 10 secondes lorsque les pairs interviennent ou ne soutiennent pas le comportement d'intimidation.

Tout d'abord, n'oubliez pas que nous sommes là pour vous 24/7/365. Discutez avec nous en direct, envoyez-nous un mail, ou appelez-nous au 1-877-352-4497.

Cela dit, voici quelques actions concrètes que vous pouvez entreprendre :

Pour les victimes :

  • S'en aller
  • Parlez à quelqu'un en qui vous avez confiance - un enseignant, un entraîneur, un conseiller d'orientation, un parent
  • Demandez de l'aide
  • Dites quelque chose d'élogieux à l'intimidateur pour le/la distraire
  • Restez en groupe pour éviter la confrontation
  • Utilisez l'humour pour déconcerter ou vous connecter avec votre intimidateur
  • Imaginez que l'intimidateur ne vous affecte pas
  • Continuez à vous rappeler que vous êtes une bonne personne et que vous méritez le respect

Pour les spectateurs :

Au lieu d'ignorer un incident d'intimidation, essayez :

  • Parlez-en à un enseignant, un entraîneur ou un conseiller
  • Se déplacer vers ou à côté de la victime
  • Utilisez votre voix - dites « stop »
  • Se lier d'amitié avec la victime
  • Éloignez la victime de la situation

Pour les intimidateurs :

  • Parlez à un enseignant ou à un conseiller
  • Pensez à ce que vous ressentiriez si quelqu'un vous intimidait
  • Tenez compte des sentiments de votre victime – réfléchissez avant d'agir
  • Le Canada a le 9e taux le plus élevé d'intimidation dans la catégorie des 13 ans sur une échelle de 35 pays. [1]
  • Au moins 1 élève adolescent sur 3 au Canada a déclaré avoir été victime d'intimidation récemment. [2]
  • Parmi les Canadiens adultes, 38 % des hommes et 30 % des femmes ont déclaré avoir été victimes d'intimidation occasionnelle ou fréquente au cours de leurs années scolaires. [3]
  • 47 % des parents canadiens déclarent avoir un enfant victime d'intimidation. [4]
  • Toute participation à l'intimidation augmente le risque d'idées suicidaires chez les jeunes. [5]
  • Le taux de discrimination vécue parmi les élèves qui s'identifient comme lesbiennes, gais, bisexuels, transidentifiés, bispirituels, queer ou en questionnement (LGBTQ) est trois fois plus élevé que chez les jeunes hétérosexuels. [4]
  • Les filles sont plus susceptibles d'être harcelées sur Internet que les garçons. [6]
  • 7 % des internautes adultes au Canada, âgés de 18 ans et plus, ont déclaré avoir été victimes de cyberintimidation à un moment donné de leur vie. [7]
  • La forme la plus courante de cyberintimidation consistait à recevoir des courriels ou des messages instantanés menaçants ou agressifs, signalés par 73 % des victimes. [6]
  • 40 % des travailleurs canadiens sont victimes d'intimidation chaque semaine. [7]
  1. Conseil canadien sur l'apprentissage – L'intimidation au Canada : Comment l'intimidation affecte l'apprentissage
  2. Molcho M., Craig W., Due P., Pickett W., Harel-fisch Y., Overpeck, M. et HBSC Bullying Writing Group. Tendances temporelles transnationales du comportement d'intimidation 1994-2006 : résultats en Europe et en Amérique du Nord. Revue internationale de santé publique. 2009, 54 (S2) : 225-234
  3. Kim YS et leventhal B. Intimidation et suicide. Une critique. Journal international de médecine et de santé de l'adolescence. 2008, 20 (2) : 133-154
  4. Bully Free Alberta – Intimidation homophobe
  5. Statistique Canada – Cyberintimidation et leurre d'enfants et de jeunes
  6. Statistique Canada – Victimisation autodéclarée sur Internet au Canada
  7. Lee RT et Brotheridge CM « Quand une proie devient prédatrice : l'intimidation au travail comme prédicteur de la contre-agression / de l'intimidation, de l'adaptation et du bien-être ». Journal européen de psychologie du travail et des organisations. 2006, 00 (0) : 1-26
    SOURCE

Mythe n°1 – « Les enfants doivent apprendre à se défendre eux-mêmes. »
Réalité – Les enfants qui ont le courage de se plaindre d'être victimes d'intimidation disent qu'ils ont essayé et qu'ils ne peuvent pas faire face à la situation par eux-mêmes. Traitez leurs plaintes comme un appel à l'aide. En plus d'offrir un soutien, il peut être utile de fournir aux enfants une formation à la résolution de problèmes et à l'affirmation de soi pour les aider à faire face à des situations difficiles.


Mythe n°2 – « Les enfants devraient riposter – mais plus fort. »
Réalité – Cela pourrait causer de graves dommages. Les intimidateurs sont souvent plus gros et plus puissants que leurs victimes. Cela donne aussi aux enfants l'idée que la violence est un moyen légitime de résoudre les problèmes. Les enfants apprennent à intimider en regardant les adultes utiliser leur pouvoir d'agression. Les adultes ont la possibilité de donner le bon exemple en enseignant aux enfants comment résoudre des problèmes en utilisant leur pouvoir de manière appropriée.


Mythe n°3 – « Cela forge le caractère. »
Réalité – Les enfants qui sont victimes d'intimidation à plusieurs reprises, ont une faible estime d'eux-mêmes et ne font pas confiance aux autres. L'intimidation endommage l'image de soi d'une personne.


Mythe n°4 – « Les bâtons et les pierres peuvent vous briser les os, mais les mots ne peuvent jamais vous blesser. »
Réalité – Les cicatrices laissées par les injures peuvent durer toute une vie.


Mythe #5 – « Ce n'est pas de l'intimidation. Ils ne font que taquiner.
Réalité – Les railleries vicieuses font mal et devraient être arrêtées.


Mythe n° 6 – « Il y a toujours eu des intimidateurs et il y en aura toujours. »
Réalité – En travaillant ensemble en tant que parents, enseignants et élèves, nous avons le pouvoir de changer les choses et de créer un avenir meilleur pour nos enfants. En tant qu'experte de premier plan, Shelley Hymel déclare : « Il faut toute une nation pour changer une culture ». Travaillons ensemble pour changer les attitudes face à l'intimidation. Après tout, l'intimidation n'est pas une question de discipline – c'est un moment d'enseignement.


Mythe n°7 – « Les enfants seront des enfants. »
Réalité – L'intimidation est un comportement appris. Les enfants peuvent imiter les comportements agressifs qu'ils ont vus à la télévision, au cinéma ou à la maison. La recherche montre que 93 % des jeux vidéo récompensent les comportements violents. Des résultats supplémentaires montrent que 25 % des garçons âgés de 12 à 17 ans visitent régulièrement des sites Internet gore et haineux, mais que les cours d'éducation aux médias ont diminué la perception par les garçons de la violence, ainsi que de leurs actes de violence dans la cour de récréation. Il est important que les adultes discutent de la violence dans les médias avec les jeunes, afin qu'ils puissent apprendre à la mettre en contexte. Il est nécessaire de se concentrer sur le changement des attitudes envers la violence.

La source: Gouvernement de l'Alberta

Si vous êtes intéressé à faire du bénévolat avec BullyingCanada, vous pouvez en savoir plus sur notre Je contribue ! ET Devenir bénévole .

Nous recherchons toujours des personnes enthousiastes, motivées et dévouées pour nous aider à empêcher les jeunes vulnérables d'être victimes d'intimidation.

 

Passer au contenu