La Police provinciale de l'Ontario affirme que la cyberintimidation est en hausse dans les écoles de Kenora

La Police provinciale de l'Ontario affirme que la cyberintimidation est en hausse dans les écoles de Kenora

Selon la Police provinciale de l'Ontario, la cyberintimidation parmi les élèves est en hausse à Kenora.

La description que BullyingCanada donne pour la cyberintimidation utilise Internet ou la messagerie texte pour intimider, réprimer, répandre des rumeurs ou se moquer de quelqu'un.

L'agent provincial de l'OPP, Jason Canfield, pense que la pandémie de COVID-19 a joué un rôle dans l'augmentation de la cyberintimidation qu'il a constatée.

"Avec son [COVID-19] en place et les verrouillages, les enfants ont été obligés de passer plus de temps que jamais sur leurs appareils", a déclaré Canfield. "Les enfants y passent beaucoup plus de temps, ils s'ennuient peut-être. S'il y a des problèmes sous-jacents qui se produisaient avant l'école avec des enfants qui ne s'aimaient pas, cela continue.

Canfield a noté que l'intimidation qu'il a vue ne se termine pas à la dernière cloche de l'école.

"Beaucoup d'entre eux se produisent tard dans la nuit, alors quand la plupart des enfants devraient dormir après 11h et minuit, certains de ces messages sont envoyés. Si les enfants n'avaient pas les téléphones portables avec eux, rien de tout cela ne se produirait.

Canfield veut avertir les parents que la cyberintimidation se produit ou pourrait se produire et se produit principalement sur les plateformes de médias sociaux telles que Snapchat, Tik Tok et Instagram. Il pense que ces plates-formes sont à l'origine du problème.

BullyingCanada dit qu'au Canada, au moins 1 élève adolescent sur 3 a déclaré avoir été victime d'intimidation.

en English
X
Passer au contenu